Prochainement au Cinéma Colisée

A Partir du 19 Juin: Noureev

SORTIE NATIONALE
​De Ralph Fiennes
Royaume-Uni 2019 2h02 vost
Avec Oleg Ivenko, Ralph Fiennes…
Jeune prodige du célèbre ballet du Kirov, Rudolf Noureev est à Paris en juin 1961. Fasciné par la vie culturelle de la capitale, il se lie d'amitié avec Clara Saint. Mais les hommes du KGB chargés de le surveiller ne voient pas d'un bon œil ses fréquentations "occidentales"...
L'acteur britannique Ralph Fiennes (Le patient anglais, Harry Potter) passe derrière la caméra et s'inspire de la biographie "Noureev une vie" de Julie Kavanagh. En confiant le rôle principal au danseur ukrainien Oleg Ivenko, et en tournant à Saint Petersbourg et à Paris, il dresse avec brio le portrait du génie de la danse que fut Noureev.


A Partir du 19 Juin: Bunuel après l'âge d'or

SORTIE NATIONALE
De Salvador Simo
Espagne 2019 1h26 vost
Film d'animation
Suite au scandale de la projection de L'âge d'or à Paris en 1930, Luis Buñuel se retrouve désargenté. Un ticket gagnant de loterie, acheté par son ami le sculpteur Ramon Acin, va changer le cours des choses et permettre à Buñuel de réaliser le film Terre sans pain...
Le réalisateur espagnol Salvador Simo signe son premier long métrage en adaptant le roman graphique "Buñuel dans le labyrinthe des tortues" de Firmin Solis. En faisant le portrait d'un jeune homme quasiment inconnu au début de sa carrière, il réalise un film d'animation documentaire poétique et passionnant.

dimanche 23 Juin a 16h, 18h et 20h15: La messe est finie

CYCLE FLASHBACK
De Nanni Moretti
Italie 1985 1h35 vost version restaurée
Avec Nanni Moretti, Margarita Lozano...
Ours d'argent Festival de Berlin 1986
Don Giulio, jeune prêtre, quitte la petite île où il officiait depuis dix ans. Il vient d'être nommé dans une paroisse de Rome, sa ville natale. Là, il retrouve ses parents et ses vieux amis. Mais personne ne veut de son aide...
En 1985, le réalisateur italien Nanni Moretti réalisait son cinquième film. En campant un jeune prêtre faisant face à une profonde crise existentielle, il s'interrogeait sur la difficile confrontation entre les principes et la réalité et réalisait un film grave, drôle et profond.
« Une réflexion bouleversante sur la vie et l'amour. » Les Inrockuptibles

A Partir du 26 Juin: The doors

SORTIE NATIONALE
D'Oliver Stone
Etats-Unis 1991 2h18 vost version restaurée
Avec Val Kilmer, Meg Ryan...
Sélection officielle Cannes Classics 2019
L'ascension de Jim Morrison jusqu'au sommet de la gloire, et à travers lui, l'histoire d'un des plus célèbres groupes de rock de tous les temps: les Doors…
Grand admirateur des Doors, le réalisateur américain Oliver Stone (Platoon, Wall Street) signait en 1991 le portrait de ce groupe de rock légendaire et de son leader charismatique Jim Morrison. Il réalisait un film-trip hallucinant superbement interprété par Val Kilmer. 

dimanche 30 Juin a 15h50, 18h05 et 20h15: Les monstres

CYCLE FLASHBACK
De Dino Risi
Italie 1963 2h01 vost version restaurée
Avec Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi...
Dix-neuf sketches, souvent féroces, sur les petites bassesses de tous les jours…
En 1963, le réalisateur italien Dino Risi (Le fanfaron) réalisait ce film à sketches où il laissait libre cours à sa verve satirique et croquait une humanité dont la bêtise n'a d'égale que la cruauté. Plus de 50 ans après, ce film reste un sommet de la "comédie à l'italienne". Un chef-d’œuvre à revoir aussi pour l'interprétation de Vittorio Gassman et d'Ugo Tognazzi.
« Les monstres n'a pas perdu une ride de sa férocité sociale. » Libération

A Partir du 3 juillet: La grand-messe

SORTIE NATIONALE
De Méryl Fortuna-Rossi et Valéry Rosier
France 2019 1h10
Documentaire
Des Ardennes au col d'Izoard, le long des départementales et sur les sentiers escarpés, une nuée de camping-cars s'élancent pour célébrer le Tour de France. Le soleil réchauffe, les transats sont sortis, les copains arrivent: c'est l'été, la grand-messe commence…
Le réalisateur français Méryl Fortuna-Rossi et le cinéaste belge Valéry Rosier (Parasol) portent un regard drôle, attendrissant et poignant sur les passionnés de la plus grande course cycliste du monde.

A Partir du 3 Juillet: Mario Bava, le magicien des couleurs

SORTIE NATIONALE
ASSOCIATION D'IDEES AVEC LES PRODUCTIONS DE L'IMPOSSIBLE
Le réalisateur italien Mario Bava (1914-1980) a bâti une œuvre singulière et cohérente, formant une parfaite unité esthétique. Voici l'occasion de (re)voir 3 films majeurs de ce réalisateur qui est considéré comme le maître du cinéma fantastique italien et qui a inspiré de nombreux cinéastes comme Dario Argento, Quentin Tarantino ou Tim Burton.

Six femmes pour l'assassin
Italie 1963 1h27 vost version restaurée
Avec Cameron Mitchell, Eva Bartok...
La Comtesse Como dirige à Rome un atelier de haute couture. Un jour, Isabelle, un de ses mannequins, est retrouvée morte. Le doute n'est pas permis: il s'agit d'un meurtre…
Avec ce film, Mario Bava créait un genre cinématographique, le giallo. Pierre angulaire de son œuvre, Six femmes pour l'assassin est une symphonie macabre de couleurs invraisemblables magnifiée par la musique de Carlo Rustichelli.

Les trois visages de la peur
Italie 1963 1h24 vost version restaurée
Avec Boris Karloff, Michèle Mercier...
Rosy est harcelée au téléphone par un inconnu lui annonçant sa propre mort… Un vampire prend les traits d'une femme pour hanter la campagne slave… Miss Chester n'aurait peut-être pas dû voler la bague de l'une de ses patientes récemment décédée...
Avec ce film à sketches, Mario Bava revisitait brillamment trois genres, le giallo, le conte vampirique et l'histoire de fantômes.

La ruée des Vikings
Italie 1961 1h28 vost version restaurée
Avec Cameron Mitchell, Girorgio Ardisson...
Deux frères élevés dans des camps opposés combattent le félon qui les a séparés et cherchent à venger la mort de leur père...
Mario Bava réalisait un incroyable film d'aventures médiévales qui allie descriptions graphiques d'une brutalité lyrique et poésie des images à la beauté surréaliste. 

A Partir du 3 Juillet: Rétrospective Jim Jarmusch

SORTIE NATIONALE
Alors que vient de sortir son quinzième film The dead don't die, voici l'occasion de (re) découvrir les 6 premiers longs-métrages de Jim Jarmusch. Une belle plongée dans le meilleur du cinéma indépendant américain des années 1980 et 1990. Et le plaisir de (re)voir sur grand écran les complices John Lurie, Tom Waits, Iggy Pop, Steve Buscemi, Isaac de Bankolé, Roberto Benigni et tant d'autres...

Permanent vacation
Etats-Unis 1980 1h15 vost version restaurée
Avec Chris Parker, Leila Gastil, John Lurie...
Deux jours et demi de la vie d’Aloysious Parker, dit Allie, jeune vagabond à la dérive dans un New York délabré, rencontrant d’autres personnes qui, comme lui, vivent aux frontières d’un monde qu’ils ne savent comment habiter…
En 1980, Jim Jarmusch, alors âgé de 27 ans, réalisait son premier long-métrage. En filmant les déambulations de son héros dans des endroits peu connus de New-York, en tournant en noir et blanc et en utilisant une bande originale jazz de John Lurie, il réalisait un film singulier annonciateur des grands films à venir.

Stranger than paradise
Etats-Unis 1984 1h29 vost version restaurée
Avec John Lurie, Eszter Balint, Richard Edson...
Caméra d'or Festival de Cannes 1984
Eva, 16 ans, quitte la Hongrie et retrouve son cousin Willie, installé depuis 10 ans aux Etats-Unis. Inadaptés à cette terre de désillusions, ils partent à Miami découvrir le paradis de la Floride, royaume du jeu et dernier espoir d'un exil douloureux…
En 1984, Jim Jarmusch faisait sensation au Festival de Cannes avec ce road-movie à travers une Amérique méconnue porté par un noir et blanc magnifique et l'interprétation de John Lurie, Eszter Balint et Richard Edson.

Down by law
Etats-Unis 1986 1h47 vost version restaurée
Avec Tom Waits, John Lurie, Roberto Benigni...
Sélection officielle Festival de Cannes 1986
Jack, proxénète à la petite semaine, et Zack, disc-jockey, sont réunis dans une cellule de prison en Louisiane. Forcés de se supporter, ils sont bientôt rejoints par Roberto, un immigré italien rempli de l’entrain qui leur manque. Roberto leur propose de s’évader…
La Nouvelle-Orléans et le bayou de Louisiane magnifiés par un somptueux noir et blanc, John Lurie et Tom Waits à l'écran et dans la bande originale, la révélation Roberto Benigni, Down by law est devenu mythique pour nombre de raisons. L'un des plus beaux films de Jim Jarmusch, drôle et mélancolique à la fois.

Mystery train
Etats-Unis 1989 1h50 vost version restaurée
Avec Nicoletta Braschi, Joe Strummer, Steve Buscemi...
Sélection officielle Festival de Cannes 1989
Memphis, Tennessee, la ville du King Elvis Presley. Un couple de Japonais en pèlerinage, une jeune femme venant chercher les restes de son mari, quelques copains dépressifs et alcooliques vont se croiser sans vraiment se rencontrer…
En posant sa caméra à Memphis et en empruntant le titre du film à une chanson d'Elvis Presley, Jim Jarmusch rendait un hommage sincère et personnel à la musique rock et réalisait un film d'une belle mélancolie.

Night on earth
Etats-Unis France 1991 2h08 vost version restaurée
Avec Winona Ryder, Gena Rowlands, Rosie Perez, Isaac de Bankolé, Béatrice Dalle, Roberto Benigni...
Simultanément, dans cinq mégalopoles différentes, Los Angeles, New York, Paris, Rome, Helsinki, cinq chauffeurs de taxi effectuent leur ronde de nuit et font d'étonnantes rencontres…
En 1991, Jim Jarmusch tournait dans cinq grandes villes et embarquait un casting 5 étoiles pour cinq histoires filmées dans des taxis. En filmant ces rencontres nocturnes entre des personnes vivant en marge de la société, il réalisait un film drôle et profond à la fois.

Dead man
Etats-Unis 1995 2h01 vost version restaurée
Avec Johnny Depp, Gabriel Byrne, John Hurt, Iggy Pop, Robert Mitchum...
Sélection officielle Festival de Cannes 1995
William Blake prend le train vers l’Ouest pour y exercer le métier de comptable. Arrivé dans la sinistre ville de Machine, il s’y trouve accusé à tort d’un double meurtre et prend la fuite, une balle logée près du cœur. Accompagné de Nobody, un Indien qui le prend pour le poète anglais William Blake, il s’engage dans un périple à travers l’Ouest sauvage…
Plus de vingt ans après sa réalisation, Dead man reste l'un des plus beaux films de Jim Jarmusch par son ambiance hypnotique, son casting éblouissant, son noir et blanc somptueux, la dimension mythologique de son récit. Sans oublier l'extraordinaire musique composée spécialement par Neil Young.

A Partir du 3 Juillet: Little Festival

Retrouvez tout l'été 8 films d'animation, dont deux avant-premières. Avec au menu cinq programmes de courts-métrages poétiques et drôles, ainsi que trois longs métrages enchanteurs réalisés par le cinéaste norvégien Rasmus Silversten (Dans la forêt enchantée d'Oukybouky, La grande course au fromage, Le voyage dans la lune). Idéal pour toute la famille.

Les contes de la mer
3 courts-métrages 45 minutes à partir de 3 ans

A la découverte du monde
5 courts-métrages 34 minutes à partir de 3 ans

Dans la forêt enchantée d'Oukybouky
De Rasmus Silversten 1h15 à partir de 5 ans

Promenons-nous avec les petits loups
6 courts-métrages 44 minutes à partir de 3 ans

Un petit air de famille
courts-métrages 40 minutes avant-première à partir de 4 ans

La ronde des couleurs
6 courts-métrages 40 minutes à partir de 3 ans

Le voyage dans la lune
De Rasmus Silversten 1h20 avant-première à partir de 5 ans

La grande course au fromage
De Rasmus Silversten 1h18 à partir de 4 ans

A Partir du 10 Juillet: Rétrospective Charles chaplin

SORTIE NATIONALE

Charlot s'amuse
trois courts métrages 1915 – 1917 1h12 version restaurée
​Le vagabond le plus célèbre de l’histoire du cinéma mène la belle vie dans ce programme inédit de trois courts métrages réunissant Charlot au music-hall, Charlot et le comte et Charlot fait une cure. Un concentré du génie burlesque de Chaplin

Le kid
1921 52 min version restaurée
Lâchée par son amant, une jeune femme abandonne son enfant. Charlot le vagabond le recueille. Mais les services sociaux s’en mêlent...
« En tant que cinéaste, ce film me touche particulièrement. Je vois désormais à quel point il m’a influencé, parce qu’il y a dans le cinéma de Chaplin comme dans le mien une logique de vie, et non une logique de cinéma. » Abbas Kiarostami

L'opinion publique
1923 1h19 version restaurée
Marie Saint-Clair et Jean Millet s’aiment contre l’avis de leurs parents. Ils ont décidé de fuir ensemble. Mais le père de Jean est victime d’une attaque, et Marie, croyant que Jean a changé d’avis, part seule...
« L’Opinion publique m’a marqué pour toujours. Tout à coup on découvrait une sophistication intelligente et innocente à la fois. Le cinéma est soudain devenu adulte, et moi avec. Ce film est à l’origine de ma façon un peu trop sérieuse de faire du cinéma. » Michael Powell

La ruée vers l'or
1925, version de 1942 1h12 version restaurée
1898, Nord-Ouest du Canada. Alors que des milliers d’aventuriers arpentent le Klondike en quête du métal précieux, Charlot est surpris par une tempête de neige. Il trouve refuge dans une cabane isolée et fait la rencontre de Big Jim McKay et du terrible Black Larsen...
« Ce film est l’un des plus beaux que le cinéma nous ait jamais donnés, c’est une œuvre de poésie et elle est donc accomplie en soi, parfaite. » Michelangelo Antonioni

Le cirque
1928 1h12 version restaurée
En fuyant la police, un vagabond se retrouve sur la piste d’un cirque. Ses étourderies provoquent l’hilarité du public et incitent le directeur de l’établissement à l’embaucher comme clown...
« Chaplin n’était pas un intellectuel prétentieux, c’était quelqu’un qui poussait à son paroxysme l’expression des émotions et d’une certaine vision de la vie à travers le cinéma. » Emir Kusturica

Les lumières de la ville
1931 1h27 version restaurée
Un vagabond s’éprend d’une belle et jeune vendeuse de fleurs aveugle qui vit avec sa mère, couverte de dettes. Suite à un quiproquo, la fleuriste s’imagine le misérable, qui vient de lui acheter une fleur, en milliardaire...
Considéré par A. Tarkovski, S. Kubrick, W. Allen et par Chaplin lui-même comme le meilleur film de son auteur, Les Lumières de la ville était même selon l’aveu d’Orson Welles le meilleur film de tous les temps.

Les temps modernes
1936 1h27 version restaurée
Charlot est ouvrier dans une immense usine. Il resserre quotidiennement des boulons. Mais les machines, le travail à la chaîne le rendent malade, il abandonne son poste et recueille une orpheline...
« Les Temps modernes est sans doute un des plus grands documentaires sur l’époque. » Luc et Jean-Pierre Dardenne

Le dictateur
1940 2h05 version restaurée
Dans le ghetto juif vit un petit barbier qui ressemble énormément à Adenoid Hynkel, le dictateur de Tomania qui a décidé l’extermination du peuple juif. Au cours d’une rafle, le barbier est arrêté en compagnie de Schultz, un farouche adversaire d’Hynkel...
« À la fois comédie et tragédie, Le Dictateur couvre un immense spectre émotionnel. Ce film est un miracle. » Sidney Lumet

Monsieur Verdoux
1947 1h59 version restaurée
Marié et père d’un jeune garçon, Henri Verdoux, qui est employé de banque, se trouve soudain sans travail. Son expérience lui permet de se lancer dans des opérations boursières dont le financement lui est assuré par des femmes mûres qu’il épouse avant de les faire disparaître...
« C’est une réussite prodigieuse. La construction du scénario, le dialogue, le rythme, le jeu de tous ses partenaires, tout est génial dans ce film et d’un génie nouveau. » François Truffaut

Les feux de la rampe
1952 2h17 version restaurée
Londres, 1914. Autrefois clown adulé, Calvero est désormais vieux et alcoolique. Un jour, en rentrant chez lui, il sauve de la mort sa voisine, Terry, une jeune ballerine qui a tenté de se suicider...
« Comme tout le monde, j’entretiens avec Les Feux de la rampe un rapport d’assujettissement sentimental total. C’est un grand et sublime exorcisme. » Bernardo Bertolucci

Un roi à New York
1957 1h50 version restaurée
Souverain d’Estrovia renversé par une révolution puis ruiné par son Premier ministre, Shahdov s’exile à New York, où il découvre à son corps défendant la toute-puissance de l’image médiatique...
« Un roi à New York montre l’absence de vergogne de la société américaine. C’est le film le plus révolté, mordant, acerbe de Chaplin. Il est politique, mais d’une très belle façon, parce qu’il est drôle. » Jim Jarmusch